Redéfinition des
pratiques pédagogiques
de notre école

Rodrigo et Anaïs ont rejoint l’équipe de l’Ecole du Bayon en mars 2018 pour effectuer une mission d’évaluation du fonctionnement de notre école primaire. Spécialistes des politiques publiques et particulièrement des politiques éducatives et de lutte contre la pauvreté, ils ont passé plusieurs mois à l’école pour étudier la façon dont elle était structurée, et comprendre comment les cours étaient organisés et donnés. Ils en ont tiré un constat et des recommandations d’action pour les années à venir.
Après plusieurs années passées à développer ses infrastructures, l’école primaire du Bayon dispose désormais, du point de vue matériel, de tout ce qu’il faut pour que les élèves étudient dans de bonnes conditions. Ils sont d’ailleurs ravis de venir à l’école. Ils y restent toute la journée, indépendamment de l’heure à laquelle commencent leurs cours et se sont véritablement appropriés les lieux. Ils profitent d’un programme d’anglais bien plus dense que dans le système public et ont accès, depuis cette année, à des cours de sport. Leurs familles accordent de la valeur à l’école et ont intégré le fait qu’aller à l’école peut apporter un bénéfice économique dans le futur.
Export-3

Tout cela constitue une base solide pour travailler à davantage prendre en compte les spécificités de nos élèves dans la façon dont nous organisons la vie à l’école et dont les professeurs enseignent le programme khmer. Plusieurs aspects organisationnels doivent ainsi être revus pour permettre aux élèves comme aux professeurs de pouvoir travailler et apprendre dans les meilleures conditions et avec les meilleurs résultats possibles.
L’Ecole du Bayon s’est donnée la mission la plus difficile qu’il soit, peu importe le pays du monde dans lequel on se trouve : celle de donner à des enfants de familles très défavorisées les mêmes chances de réussir leur scolarité que les autres enfants de milieux plus aisés. C’est un véritable défi. En moyenne, un élève issu d’un milieu favorisé devance un élève issu d’un milieu défavorisé d’un écart supérieur à deux années de scolarité. L’École du Bayon a choisi de fournir à ces élèves les ressources nécessaires afin qu’ils puissent poursuivre leur scolarité au moins jusqu’au grade 6. De plus, elle leur apporte une aide supplémentaire lorsqu’ils intègrent le secondaire.
Export1

Les élèves de l’École du Bayon ont toutes les probabilités de rencontrer des difficultés scolaires, et plusieurs problématiques sont à prendre en compte dans la mise en place de la nouvelle stratégie pédagogique de l’école. En effet, si l’écart de résultats est une constante, plusieurs systèmes ont réussi au fil du temps à le réduire, considérablement pour certains. L’école a la capacité, lorsqu’elle en prévoit les moyens, de compenser les difficultés socio-économiques des élèves.
Grâce à la motivation sans faille et à la réactivité des équipes de notre ONG, cette réflexion sur les manques restant à combler a d’ores et déjà été menée. Elle servira de fondement pour revoir l’organisation de l’école primaire et commencer à appliquer notre nouvelle philosophie éducative.
, 17 septembre 2018