Lumière sur un partenaire : Buffalo Tours

Bayon Pastry School est ravie de travailler avec l’agence de voyages Buffalo Tours depuis Janvier 2016. Nous avons interviewé Panya Thin, Responsable régional du Cambodge, Laos et Birmanie et Suy Vet, Resposable du projet ETA au Cambodge.
 
Buffalo Tours  
 
Comment avez-vous été amenés à travailler avec Bayon Pastry School ?
Buffalo Tours comporte le département ETA : Educational Travel in Asia. Cela concerne tout ce qui est lié aux communautés locales. A travers ce département, nous proposons un tourisme responsable. Avant que votre école ne soit officiellement ouverte, deux jeunes femmes sont venues à notre agence pour nous présenter le projet. Nous étions vraiment intéressés parce que nous avons une réelle volonté de soutenir des entreprises qui changent des vies. Quelques semaines plus tard, je suis venu à votre école. Bien que ce n’était pas encore terminé, j’ai trouvé que c’était un beau projet. La manière dont vous aidez ces femmes vulnérables est une façon vraiment significative d’agir. Alors, nous avons convaincu notre hiérarchie de nous laisser organiser quelque chose avec vous. Et aujourd’hui, nous servons vos produits à nos clients !
 
Dans quel contexte servez-vous nos produits ?
Vos produits (croissants, financiers, cookies, cake au gingembre et à la cannelle) sont livrés le soir et servis le lendemain matin dans les temples, après que nos clients aient admiré le lever du soleil sur Angkor Wat. Nous les conduisons alors à un autre temple à seulement dix minutes de route et ils profitent d’un buffet petit déjeuner avec vos produits et du café, du thé et des fruits frais. Nous disposons le tout sur une longue table et les gens se servent dans une boîte en feuilles de palme. Voulant proposer une alternative aux assiettes, nous avons pensé que ces boîtes auraient plus de sens car elles sont recyclables et fabriquées dans le village d’origine d’une de nos collaboratrices. C’est plus responsable.
 
received_968254436594946
 
Communiquez-vous sur le fait que vous travaillez avec notre école de pâtisserie ?
En fait, ce petit déjeuner n’est qu’une petite partie du tour que nous organisons. Nous avons clairement communiqué auprès de nos agents, c’est pourquoi cela se passe toujours aussi bien, mais nos clients ne sont pas forcément au courant. Nous disposons votre petit panneau sur le buffet (qui mentionne « Bayon Pastry School a réalisé ces produits ») mais les clients savourent l’instant présent. Nous avons peu de temps et d’espace, les touristes ne savent pas ce qui se passe en coulisses. Ils profitent du service et de l’expérience. Mais au moins, il est bon à savoir pour eux que leur argent ne va pas seulement chez les plus gros fournisseurs de services (hôtels, restaurants, billets d’avions, croisières…). Ils peuvent s’assurer qu’une partie de leurs dépenses revient aux locaux. Même si nous sommes convaincus que le tourisme responsable est la bonne manière de voyager, ce n’est pas encore un marché de masse, dans le sens où le public cherche encore à rester dans sa zone de confort. Ils n’ont pas vraiment le temps de participer à des activités plus « aventurières » et à des projets sociaux. D’une certaine manière, Buffalo Tours essaie alors se positionner comme un lien entre les touristes et les locaux.
 
L’agence Buffalo Tours a-t-elle un engagement particulier à travailler avec des ONG et des entreprises sociales ?
Dans notre travail, nous pensons que des petites choses peuvent signifier beaucoup pour nous, pour nos clients et pour nos agents. Tout ce que nous faisons doit ajouter une plus-value et une symbolique à nos tours et nous espérons que les clients le ressentent. Nous sommes sur un marché compétitif. Nous avons une personne en charge du département ETA dans chaque pays où nous sommes implantés et ces personnes sont formées chaque année. Nous sommes convaincus que le tourisme responsable est un avantage compétitif. Être capable d’aider les communautés locales est un privilège. Et nous savons que c’est pour du long terme. Travailler avec Bayon Pastry School est pour nous une opportunité de faire quelque chose de différent. Nous pensons au futur de notre entreprise, mais aussi à l’avenir de votre ONG. C’est une entreprise sociale, ce qui est une bonne chose parce que nous ne croyons pas en le fait de financer des associations en permanence. Vous savez, beaucoup d’ONG échouent au Cambodge car elles n’ont qu’un financement sur deux ans et après cette période, leur projet prend fin. C’est pourquoi nous encourageons vivement les gens qui ont des idées d’entreprises sociales et qui cherchent à réaliser des projets durables.
 
Souhaitez-vous dire quelques mots sur le cours de pâtisserie et les pauses café que nous avons mis en place pour vos clients ?
Le groupe qui a participé au cours de pâtisserie nous a fait un retour fantastique, ils ont vraiment apprécié ! En ce qui concerne les pauses café, nous avons amené quelques groupes à votre coffee shop et l’histoire derrière leur a vraiment plu. Ils ont aussi trouvé vos pâtisseries d’une grande qualité. Cependant, bien que ce soit une belle activité, je pense que les pauses café ne sont pas vraiment adaptées à notre organisation car nous sommes très contraints par le temps. Cela ne fonctionne qu’avec notre département ETA, qui représente une petite partie de notre activité.
 
Voulez-vous ajouter quelque chose pour conclure cette interview ?
Oui, si je peux faire quelques suggestions. J’espère vraiment vous voir réussir à une plus grande échelle. Pour cela, vous devez vraiment trouver les bonnes entreprises avec qui commencer. Ne perdez pas votre temps avec des entreprises qui ne vous ferons que du « blabla » et qui n’auront pas réellement envie de vous soutenir. Les entreprises à notre niveau, que nous appelons « globales », notamment certains de nos concurrents, sont les bonnes compagnies à approcher. Elles pourraient vous emmener loin. Egalement, vous devez travailler avec des hôtels. Je sais que les grands hôtels ont déjà des chefs pâtissiers mais vous pouvez cibler les hôtels-boutiques.
 
Un grand merci à Panya et Vet pour nous avoir accordé leur temps précieux !

, 29 juin 2016