LES CANTINIERES DU BAYON

Cuisinières

Travailler dans l’ombre pour nourrir chaque jour 250 enfants !

La Cantine d’Elodie a été créée en 2014 avec pour objectif d’éviter aux enfants de rentrer chez eux à l’heure du déjeuner et surtout de leur fournir un vrai repas complet. Elle permet de nourrir chaque jour les 250 enfants scolarisés au sein de l’école primaire, et depuis 2018, elle s’approvisionne en grande majorité avec les légumes produits de façon organique par les farmers impliquées dans le projet des potagers du Bayon. Elle est financée en majeure partie grâce à l’association Le Rêve d’Elo en France.


Entretien avec Nyohi, responsable de la cantine.

Nyohi accepte gentiment de me recevoir entre deux cuissons de riz, vers 8h à l’école primaire. Elle attend la livraison des légumes. C’est une femme d’une cinquantaine d’année. On sent dans son regard et dans son attitude qu’elle a une certaine expérience et que le nombre de 250 enfants à nourrir ne l’impressionne pas vraiment. C’est d’ailleurs ce qu’elle me confirme : « Avant je travaillais pour des évènements, des mariages, des enterrements, des fêtes religieuses… Je devais prévoir des repas pour parfois plus de 1000 convives avec plusieurs plats différents. ». Nyohi s’est formée à la cuisine sur le tas, en travaillant comme assistante auprès de femmes déjà plus expérimentées. Puis elle a eu l’occasion de rejoindre la cantine de l’Ecole du Bayon en 2014.

119843189_2396686260637555_440114589794673281_n

Au début, elle me rappelle que les commandes ne se passaient pas vraiment comme aujourd’hui. Elle faisait appel à des fournisseurs qui lui livraient des cochons entiers qu’elle devait découper elle-même, ou bien des kilos de poissons encore vivants. Avec les années, l’organisation et les quantités nécessaires se sont ajustées et elles et son équipe ont trouvé des fournisseurs qui leur mâchent le travail en prédécoupant tout ce qui peut l’être.


Nourrir 250 enfants tous les matins et tous les midis.

Le travail commence vers 5h du matin avec la cuisson du « bobor », cette bouillie traditionnelle khmer, une sorte de soupe de riz que l’on accompagne généralement de poisson frit ou d’œufs durs. Même si les journées commencent tôt, elles sont vite récompensées de leur effort lorsqu’elles voient les jeunes adolescents se resservir parfois 3 ou 4 fois le matin. Ce petit-déjeuner est plus qu’utile pour ces enfants qui partent souvent le ventre vide de chez eux et Nyohi me le confirme.

Distribution ptit dej


Le prahok, le French cheese du Cambodge.

A ma question « Qu’est-ce que préfère manger les enfants ? Le prahok bien sûr ! »  Ce plat traditionnel cambodgien est une sorte de pâté confectionné à base de poisson fermenté. Emblème de la cuisine du pays, sa technique de fabrication permet aux familles de conserver le poisson pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Très salé, il est parfois appelé French cheese et il se mange accompagné de légumes crus et de riz. Tout comme le durian ou le bon camembert, il faut savoir apprécier le prahok ! Il semble que les enfants en raffolent et Nyohy le sait bien, alors au moins deux fois par mois, à la cantine, c’est prahok !

 

dav


Une cantine plus que nécessaire.

5700 kg de riz et près de 6000 kg de légumes organiques provenant des potagers sont distribués chaque année au sein de la cantine d’Elodie. Accompagné de viande ou de poisson, ces repas pris par les élèves de l’Ecole du Bayon sont l’assurance qu’ils ont au moins accès à deux repas complets par jour et permet de maintenir leur concentration en classe. A la maison, le parent responsable n’est pas toujours présent, les casseroles sont parfois vides… L’Ecole du Bayon a fait le choix de nourrir les élèves qu’elle scolarise pour mettre toutes les chances de leur côté.

 

 

, 29 septembre 2020