L’équipe :

Nouveaux recrutements

Grâce à vous l’école du Bayon continue de grandir et nous permet d’accueillir tous les ans plus d’enfants.
Cette année c’est 261 enfants qui ont fait leur rentrée à l’école primaire.

 
Afin d’accompagner les enfants ainsi que leurs familles nous avons décidé de créer un nouveau poste de Responsable de site. Viseth, prend cette nouvelle fonction ; il aura pour mission :
– L’amélioration de la gestion administrative de l’école primaire en soutien à la directrice de l’école
– La maintenance du site avec un suivi constant de l’amélioration des conditions d’hygiène et de sécurité.
– La mise en œuvre de projets qui nous tiennent à cœur et en particulier de la cantine.
 
Viseth, qui a réalisé un travail remarquable en tant qu’assistant social est remplacé par Soki. Bienvenue à elle !
 
Viseth 2
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
 
Pour renforcer cette équipe, un bureau d’administration de l’école sera créé à l’école primaire afin que ces personnes soient au plus proches des élèves et des familles.
 
Ces efforts d’amélioration et de structuration d’un bureau pour l’école primaire s’accompagneront dans les mois qui arrivent d’investissements pour lesquels votre soutien sera le bienvenu !
 
Du côté de l’école de pâtisserie, les ventes ne cessent de se développer tant au niveau du coffee shop qu’au niveau de nos partenariats auprès d’hôtels et de restaurants qui reconnaissent la qualité de nos produits. Nous avons donc décidé de recruter une nouvelle assistante chef pâtissière : Sokli, qui vient soutenir notre chef Sokhoeurn et son équipe. Enfin nous allons pouvoir ouvrir le coffee shop le lundi en plus des autres jours de la semaine. Nous avons recruté Sreyleak, une ancienne étudiante qui va pouvoir tenir le coffee shop avec Romnea et également mettre en pratique ses compétences de jeune pâtissière au côté de Sokhoeurn en cuisine.
 
Sreyleak

Sokli

, 23 mars 2017

Dans les coulisses d’un nouveau projet à Bayon Pastry School!

Riana, 22 ans, nous raconte son expérience au sein de notre école de pâtisserie et vous présente le beau projet dont elle était en charge.
 

Je suis étudiante en Master de Management à NEOMA Business School – Rouen. Depuis que je suis entrée dans cette école, j’ai toujours eu à cœur de respecter deux principes. Le premier est de trouver ce qui me passionne vraiment et choisir mes stages en conséquence. Le second est de continuer à m’engager pour le développement de l’éducation accessible à tous, car je mesure la chance que j’ai d’avoir pu poursuivre mes études jusque-là. Lorsque l’on m’a parlée de l’Ecole du Bayon et de Bayon Pastry School, cela m’a immédiatement intéressée. Je venais de terminer mon stage chez Danone dans lequel j’avais développé une vraie addiction aux desserts et je cherchais à effectuer une mission pour une ONG dans le domaine de l’éducation. Travailler pour une école de pâtisserie ? Mission acceptée !
 
Au sein de Bayon Pastry School, j’étais chargée de l’édition d’un livre de recettes dont le profit des ventes servira à financer la formation. Il s’agit à la fois de définir le projet (ses étapes, son budget, son planning…) et de développer le contenu du livre. Notre objectif est de réaliser un beau livre de pâtisserie qui conte également l’histoire de l’école pour que celui-ci puisse être lu même sans intention de cuisiner !
 
Pour cela, il fallait que l’on se démarque des autres livres de recettes avec un storytelling fort. Et pourquoi ne pas se plonger dans la vie d’une étudiante qui intègre l’école de pâtisserie ? C’est en tout cas l’histoire que j’ai décidé de raconter. Tout au long du livre, nous suivons le parcours d’une jeune fille, de son intégration à l’école jusqu’à son diplôme, en passant par ses premiers pas dans le monde professionnel, ses moments de doute et de réussite ! L’histoire est inspirée des témoignages que j’ai reçus des étudiantes de la promotion 2015-2016, dont on peut retrouver des extraits au fil de la lecture. Chaque chapitre contient des recettes en lien avec ce que l’étudiante narratrice vit. Ainsi, nous invitons le lecteur à se mettre dans sa peau, à réellement vivre cette expérience ! Toutefois, le voyage ne serait pas complet sans quelques pages sur la culture culinaire cambodgienne et ses traditions ! On en retrouve entre quelques chapitres, pour s’évader un peu plus encore… La recette d’un invité « spécial » se cachera également dans le livre. Pour en savoir plus, rendez-vous à la parution du livre !
 
Cette expérience restera une aventure inoubliable et un temps fort de mes études. J’ai eu l’opportunité de gérer ce projet avec beaucoup d’autonomie, dans un pays que je ne connaissais pas. Je pense qu’il n’y a pas mieux pour découvrir et comprendre la façon dont les Cambodgiens travaillent ! Le projet a également un incroyable potentiel créatif. Ecrire un livre était un rêve de petite fille pour moi. Réfléchir à la ligne éditoriale, écrire les chapitres, mettre en avant mes idées… Je pense que je ne me suis jamais autant épanouie… et amusée ! Raconter l’histoire d’une étudiante avait également un énorme avantage : j’ai pu passer du temps avec les étudiantes, connaître leur histoire et créer des liens avec elles. C’est ce qui contribuait à me donner le sourire tous les jours ! Sans parler de toute l’équipe qui m’a soutenue, m’a racontée l’histoire de l’ONG et inculquée ses valeurs. Je garde en mémoire beaucoup de moments de partage, de rires et de gourmandise bien sûr !
 
Un grand merci à toute l’équipe de l’Ecole du Bayon pour ces 3 mois formidables ! Il me tarde d’avoir le livre entre les mains, ainsi qu’une bonne tarte passion chocolat !

 
Nous remercions Riana pour l’enthousiasme, la créativité et le professionnalisme dont elle a fait preuve en mettant en place ce projet ! Nous regrettons qu’elle n’ait pas pu rester avec nous plus longtemps !
 
La préface de ce livre ainsi qu’une recette seront rédigées par un grand chef français impliqué lui aussi dans le domaine de l’éducation pour tous ! Un grand merci à ce chef dont nous gardons le nom encore un peu secret !
 
Enfin, nous tenons à remercier les fondations Natan et Pasquier qui financent ce projet et nous permettront de réaliser un très beau livre !
 
Le livre de recettes est en cours de réalisation et sera mis en vente courant 2017. Restez connectés !
 

, 26 septembre 2016

Summer Camp 2016 : témoignage des scouts de Passy

Chaque été, des bénévoles viennent au Cambodge et organisent des activités pour les élèves de notre école primaire. En août 2016, nous avons accueilli les Compagnons de Passy, un groupe de sept jeunes étudiants. Certains d’entre eux témoignent sur leur expérience à l’école du Bayon.
 
DSC_0158
—–
 
Vitalie : « J’ai trouvé les enfants joyeux, entreprenants, toujours très enthousiastes »
 
Pendant deux semaines, nous nous sommes occupés des grades 3 puis 4 (CE1-CE2). Chacun des niveaux avait ses particularités mais je garde un super souvenir de tous les enfants ! La journée était organisée de la manière suivante : Nous avions 2 heures de cours le matin, on tournait sur du vocabulaire d’anglais par thème, des maths, de la géographie… Tous les matins nous reprenions la même présentation (quel jour, quel mois…) et reprenions les cours de la veille et des jours précédents. Les enfants étaient généralement motivés, si les têtes de classe pouvaient souffler quelques réponses et si les enfants avaient du mal à prononcer le « ch » de fish, conceptualiser les sons de l’alphabet occidental, ils semblaient motivés et mettaient de la bonne volonté dans ce que nous leur proposions. Nous favorisions le support papier, et stimulions leur écriture en demandant souvent d’épeler ou de venir écrire au tableau, ce qui pouvait prendre du temps mais je pense qu’ils auront quand même un petit souvenir de ces cours.
 
Après une recréation bien méritée durant laquelle les garçons se dirigeaient vers le foot, nous organisions des grandes activités sportives pendant la deuxième partie de la matinée. Ces jeux tournaient autour de poule-renard-vipère, des gamelles, des tomates, des bérets improvisés et autres jeux scouts à gogo. Si les premières tentatives pour les expliquer ont échoué, un professeur khmer était là pour traduire nos explications et pour que la communication soit plus facile. Les fois d’après les jeux ont très bien fonctionné, et ils ont globalement beaucoup aimé, nous les redemandaient.
 
Après un bon déjeuner avec les enfants et un temps de pause, nous enchainions sur les activités de l’après-midi.
Celles-ci pouvaient varier. Nous alternions entre des activités en classe tournant autour de logique maths (suite de formes..), labyrinthe (ils adoraient et les résolvaient vite quand nous mettions du temps à les faire), des puzzles ou nous avons pu observer une logique différente que celle que nous connaissons, des jeux leur demandant de la réflexion… Ou alors l’aprèm était dédiée aux activités artistiques: Peinture sur fresque, craie sur le sol, origami, conception de bracelets (avec une méthode bien à eux…).
 
DSC_0527
DSC_0032
 
La journée se finissait généralement avec un foot et des jeux pour les filles.
Le dernier jour, nous avons organisé des olympiades et avons proposé au grade 3 de revenir juste pour la journée, certains ont répondu à l’appel, nous étions trop contents ! Cela nous a permis de faire une super dernière journée !
 
J’ai trouvé les enfants joyeux, entreprenants, toujours très enthousiastes lorsqu’on leur proposait des jeux, motivés et débrouillards dans une logique différente de la nôtre. Si la communication n’était pas toujours facile nous avions toujours quelqu’un pour nous aider, mais restions vraiment indépendants dans ce que nous organisions. (Certains comme Mme Pok se joignaient même aux activités!)
 
J’en garde de supers souvenirs, cette expérience au sein de l’Ecole du Bayon était vraiment enrichissante et je voudrais y retourner avec joie.
—–
 
DSC_0476
 
Louis : « Au contact de ces enfants, l’humilité s’est imposée à nous »
 
En arrivant pour la première fois au café du Bayon, nous avons été très bien accueillis par l’association qui nous a très gentiment hébergés. Le contact avec les membres sur place a été très amical dès le début. Ils ont su tout faire pour que nous passions 2 semaines superbes !
 
Lundi, direction l’école du Bayon pour la première rencontre avec les élèves de grade 3. La timidité affichée dans les premiers instants, illustrée par des regards ronds et des sourires espiègles, disparaît très vite pour laisser place à un engouement autour des différentes activités proposées. La communication est une épreuve au quotidien qui ne peut que renforcer le lien entre les enfants cambodgiens et notre équipe compas. On s’efforce d’apprendre leur prénom, nos prononciations souvent suivies de rires généralisés. Au contact de ces enfants, l’humilité s’est imposée à nous et j’ai personnellement passé 2 semaines géniales. Donner de son temps à ceux qui en ont besoin est déjà un plaisir, mais quand ces derniers vous le rendent, c’est encore plus gratifiant !
 
N’oublions pas le Coffee Shop du Bayon, qui nous rappelait le pays avec ses spécialités pâtissières françaises très réussies !
 
Encore un grand merci à tous les membres de l’association qui ont permis de faire de ce voyage une expérience extraordinaire qui restera pour moi un souvenir d’une semaine de partage et de bonheur !
 
DSC_0286
—–
 
Hugues : « Aucun voyage ni aucune activité humanitaire ne m’avait apporté autant »
 
Aucun voyage ni aucune activité humanitaire ne m’ont apporté autant, tant sur le plan culturel que relationnel, que cette mission auprès des élèves de l’école du Bayon. Ce fût un réel plaisir d’enseigner et de faire jouer des enfants aussi impliqués dans leur travail et dans leur désir de progresser. Par ailleurs nous avons été on ne peut mieux reçus par les membres de l’association, qui nous ont fort gentiment logés, nous ont donné des conseils à propos des activités que nous proposions, tout en nous laissant carte blanche et en nous fournissant de surcroît une partie du matériel dont nous avions besoin.
 
Si l’expérience était à retenter, je n’hésiterais pas une seule seconde.
 
DSC_0568
DSC_0603

—–
 
Hilzonde : « C’est avec émotion que nous les avons quittés le dernier vendredi »
 
Après avoir récupéré des quelques heures du décalage horaire, je peux mettre des mots sur l’expérience que j’ai vécue au Cambodge au sein de l’association Ecole du Bayon. Avec les 6 acolytes de mon équipe scoute, nous avons donné pendant deux semaines des cours d’anglais, de maths et de logique aux élèves de CE1 et CE2 de l’école primaire le matin et avons organisé des activités plus artistiques et sportives l’après-midi.
 
Pendant ces 2 semaines, tout s’est passé à merveille, et quelques anecdotes restent ancrées dans mon esprit. En effet, à presque 10 000 km de chez nous, des différences se font forcément sentir. Par exemple, après avoir appris aux enfants les membres de la famille en anglais, nous nous sommes rendu compte qu’ils n’étaient vraiment pas familiers avec les arbres généalogiques. En outre, les exercices de géographie nous ont montré que ces derniers étaient incapables de placer le Cambodge sur une carte (maintenant ils le savent, tout comme la France 😉 ) . Enfin, un jour nous leur avons proposé de faire un puzzle et ils n’en n’avaient vu de leur vie donc les débuts furent également compliqués.
 
DSC_0015
DSC_0022
 
Ces 3 étonnements passés, nous avons été marqués par leur joie de vivre et leur permanent sourire aux lèvres. Ces derniers étaient, en outre, très participatifs, notamment en maths, et contents de venir à l’école même si notre action se déroulait pendant leurs vacances scolaires d’été. Concernant les activités plus artistiques et sportives, ils se sont montrés bien plus adroits que nous dans la confection de bracelets et les garçons ont rejoué l’Euro 2016 dans la Pagode.
 
Si nous ne parlions pas la même langue, très rapidement des liens se sont créés entre les enfants et nous. S’ils avaient entre 11 et 14 ans, ils paraissaient beaucoup plus jeunes et étaient super attendrissants. Nous étions très heureux lorsque certains venaient nous rejoindre en vélo sur le chemin de l’école et parcouraient avec nous le 10ème kilomètre final de notre chemin quotidien.
 
C’est vraiment avec émotion que nous les avons quittés le dernier vendredi, sachant en plus que nous allions louper la fête de l’école se déroulant le dimanche à cause de notre avion pour Paris. J’aurais, personnellement, bien fait une semaine de plus !
 
Le coffee shop de l’association et la température caniculaire locale vont me manquer !
 
Merci à Claire de nous avoir accueillis dans l’association et de nous avoir permis de réaliser ce projet qui nous tenait tant à cœur, ainsi qu’à Julie et Chloé de nous avoir mis à l’aise et de nous avoir donné leurs tuyaux d’expat’ !
 
DSC_0671
—–
 
Un grand merci à Adrien, Agathe, Alice, Hilzonde, Hugues, Louis et Vitalie !
Retrouvez toutes les photos sur notre page Facebook

, 6 septembre 2016

Nos anciens bénévoles se réunissent à Paris !

De gauche à droite sur la photo : Alexandra, Perrine, Mayelle, Marion, Faye, Alice, Marie-Axelle, Clio, Jérémy et Michael

En deux ans, plus de 30 volontaires sont passés, de quelques semaines à plusieurs mois, à l’Ecole du Bayon pour mettre leurs compétences et leur énergie aux services de nos nombreux projets. De l’organisation d’un centre aéré au développement du Coffee Shop, leur aide nous a été précieuse pour mener à bien notre mission.

Aussi, de retour en France, nous avons voulu les remercier une fois encore de leur soutien en organisant un « apéro des anciens volontaires ». Une douzaine d’entre eux se sont joints à nous pour une agréable soirée dans un bar parisien, l’occasion de prendre des nouvelles de chacun et de leur parler des nouveaux projets de l’Ecole du Bayon.

Des retrouvailles chargées de la nostalgie de ces merveilleux moments passés au Cambodge avec les élèves de l’Ecole du Bayon !

, 16 mars 2016

Nos bénévoles en visites de familles

Nos deux bénévoles de 18 ans Faustine et Sam ont récemment eu une nouvelle mission : accompagner Viseth, notre travailleur social en visites de familles.

 

De quoi s’agit-il ?

Ces visites consistent à rencontrer la famille de chaque élève de l’école primaire afin d’évaluer son niveau et ses conditions de vie. Elles permettent aussi d’identifier d’éventuels problèmes et de trouver des solutions pour que l’enfant puisse poursuivre sa scolarité. Lorsque cela est possible, faire ces visites à deux permet d’avoir un regard plus objectif sur chaque situation, de ne pas oublier des éléments clés et bien sûr, de se sentir en sécurité en cas de litige avec la famille. Chaque famille est visitée une fois par an par un travailleur social de l’ONG.

 

Récit des premières visites

« Sam et moi (Faustine), sommes tous les deux bénévoles à l’école du Bayon depuis plusieurs mois et avons la chance de participer aux visites de familles. Cela fait maintenant 2 semaines que nous alternons tous les jours pour accompagner Viseth. C’est une super expérience car elle nous permet d’être confrontés aux conditions dans lesquelles vivent les enfants que nous aidons à l’école, et d’une manière générale aux conditions de vie d’un grand nombre de Cambodgiens, bien plus précaires à la campagne que dans Siem Reap où nous vivons.

 

Nous partons tôt le matin en moto en direction des villages situés dans l’enceinte des Temples d’Angkor, pour gagner du temps les visites se font par village et non par grade. Deux à quatre enfants nous attendent au point de rendez-vous donné par Viseth afin de nous emmener dans leur maison. Parmi ces enfants, un va rester avec nous toute la matinée pour nous emmener de famille en famille, on l’appelle notre « Tour guide ». Arrivés devant la maison, nous rencontrons les parents et les enfants qui nous attendent et nous sommes très bien accueillis. Ensuite, Viseth pose des questions visant à déterminer leur condition de vie : accès à l’eau, à l’électricité, toilettes, matériaux de construction pour la maison, nombre d’enfants à charge… Nous nous intéressons aussi au salaire des parents, aux dépenses quotidiennes, aux prêts bancaires en cours, à leurs possibilités d’épargner ou non, aux possessions (terres, animaux)… Nous réalisons la dure réalité de leur quotidien. Par exemple, à plusieurs reprises, nous avons rencontré des mères de familles travaillant à la maison qui fabriquaient des paniers à la main, de très bonne qualité. Elles nous ont dit qu’elles les vendaient 2 000 riels ($0,5) à l’unité ! Nous avons été très surpris car ces mêmes paniers sont revendus dans des marchés locaux à 5 dollars minimum ! À la fin de la visite, nous nous concertons afin de déterminer l’échelon social de la famille. Enfin, nous la prenons en photo devant sa maison afin d’avoir une trace de la visite. »

Faustine visite familles

Bayon family visit

Bayon family visit2

Sam visite familles

Family visits bayon school

, 3 février 2016