Pâtisserie :

Bayon Pastry School, fournisseur d’hôtels et restaurants !

Afin d’autofinancer la formation des étudiantes en pâtisserie, l’école a mis en place des offres auprès des hôtels et restaurants de Siem Reap. Pour cela, l’ONG a engagé pour un an Chloé, volontaire en service civique dont la mission est dédiée au développement des ventes externes de nos produits.

Chloé Bayon pastry school
 

Quel est ton parcours ?
Après un BTS Tourisme et Commerce, puis une école de commerce spécialité Tourisme, j’ai travaillé 3 ans en tant que commerciale chez Havas Voyages. A côté, j’ai toujours eu un intérêt particulier pour le social et la solidarité internationale. Le fait que j’ai fait plus de 15 ans de scoutisme m’a également sensibilisée à ces problématiques. J’ai eu l’occasion de faire un projet de solidarité internationale d’un mois au Burkina Faso et cette expérience m’a confortée dans l’idée que je souhaitais faire une mission d’une plus grande envergure. C’est pourquoi j’ai décidé de me réorienter vers une mission internationale dans le développement qui était en même temps liée à mes compétences de commerciale.

 

En quoi consiste ta mission ?
L’école de pâtisserie a ouvert l’an dernier. Le but étant de contribuer au financement de la formation par la vente des gâteaux produits par les étudiantes, il était nécessaire qu’un poste soit dédié à cette mission. Depuis septembre, je travaille sur le développement des ventes, que ce soit au coffee shop en créant de nouvelles offres et en organisant des événements spécifiques, ou en externe en proposant des partenariats avec les hôtels, agences de voyages et restaurants. Le marché sur la boulangerie et pâtisserie à Siem Reap est très concurrentiel, certains acteurs sont en place depuis plusieurs années. C’est pourquoi j’essaie de démarquer nos produits par leur qualité et par l’aspect social de l’achat fait par le client.

 

Quel est le bilan de ces 4 premiers mois ?
Les deux premiers mois ont surtout été consacrés à découvrir le fonctionnement de l’école, à gérer de l’administratif et à étudier le marché pour ensuite construire les offres. Ont suivi des rendez-vous de prospection, en sachant que la cible principale était notamment les grands hôtels à haute capacité afin d’avoir moins de clients mais une plus grande production. Depuis début décembre, nous avons une dizaine de clients réguliers, des hôtels et bars-restaurants, que nous livrons quotidiennement en viennoiseries, boulangerie et pâtisseries – desserts.

 

Qu’est-ce que ces ventes impliquent pour l’école ?
L’augmentation de la production nous a obligés à nous réorganiser sur plusieurs aspects : temps de production, tâches du personnel, prises de commande, livraisons, nous avons d’ailleurs embauché un jeune Khmer en charge de la livraison 6 jours sur 7. Cela demande également d’être plus structurés aux niveaux administratif et financier. On peut dire qu’une grande partie des membres du staff sont impliqués par cette réorganisation de plus ou moins loin.

 

Selon toi, pourquoi ces établissements souhaitent-ils travailler avec Bayon Pastry School ?
Un travail de communication avait déjà été réalisé l’an dernier, donc certains hôtels nous connaissaient déjà. Le bouche à oreille a également joué son rôle. Les clients connaissent la qualité de nos produits et ont conscience que leur achat contribue directement à une bonne cause : l’éducation des jeunes Cambodgiennes. Même si nos produits ne sont pas les moins chers sur le marché, nos clients sont prêts à travailler avec nous pour obtenir des produits de qualité et aider notre ONG.

 

Comment s’annonce la suite ?
Pour le moment, nos capacités actuelles ne nous permettent pas de travailler avec plus d’hôtels et de restaurants. Je réoriente donc ma prospection vers les agences de voyages pour développer les ventes du coffee shop en leur proposant d’y amener leurs touristes dans le cadre d’un tourisme social, de plus en plus en vogue, notamment dans un pays tel que le Cambodge. Nous continuons aussi d’organiser des événements au coffee shop. Suite au succès de la fête de Noël, nous poursuivons sur notre lancée et allons bientôt démarrer une série de soirées cinéma de plein air au coffee shop pour faire connaître nos produits. Une des priorités est également de toujours augmenter l’efficacité de l’organisation sur le long-terme et la qualité des produits pour augmenter nos ventes et peut-être atteindre, dans quelques années, l’autofinancement de la formation en pâtisserie.

 

, 22 janvier 2016

De joyeuses fêtes à l’école de pâtisserie

Pour les fêtes de fin d’année, Bayon Pastry School a lancé une gamme de produits spécial noël. Financiers au gingembre et à la cannelle, macarons, cookies chocolat-raisins secs, mais surtout la bûche de noël ont ravi les papilles des touristes et expatriés de Siem Reap.

 

Pour promouvoir ces produits, nous avons organisé le mercredi 16 décembre une fête au sein du coffee shop décoré pour l’occasion. Les enfants, accompagnés de leurs parents, ont pu rencontrer le père Noël, envoyer leur lettre et recevoir sur place un petit cadeau. Les parents ont quant à eux savouré les gâteaux concoctés par Sokhoeurn, Sychay et nos étudiantes, sur un fond de chansons de noël… et commandé leur bûche pour le jour J ! La « Kids’ Xmas party » fut un vrai succès ! Ambiance festive, nombreux participants et record de ventes de gâteaux au coffee shop !

 
P1240734

 

La gamme de gâteaux de noël a elle aussi connu un franc succès tout au long de la période des fêtes : 25 kg de bûche et de nombreux « Xmas packs » (contenant financiers, macarons et cookies) ont été vendus.
 
P1240752

 

Après les fêtes de fin d’année, c’est désormais la galette qui est reine du coffee shop pour le mois de janvier !

, 6 janvier 2016

Initiation à l’art pour les étudiantes en pâtisserie

Parce que la pâtisserie nécessite une bonne dose de créativité, nous avons accueilli Gilles, un artiste français qui a réalisé deux sculptures avec nos étudiantes pendant une semaine.

 

P1240307

Egalement parrain d’un élève de l’école du Bayon, Gilles est un jeune retraité qui a longtemps travaillé en ONG, notamment au Cambodge. Lorsqu’il a commencé la sculpture il y a un an et demi, il s’est découvert une véritable passion.
« Je réalise beaucoup de sculptures atypiques, avec des matériaux de récupération, j’aime donner une seconde vie aux objets. Mon slogan, c’est « je blesse le métal pour qu’il vive » ! »

 

Alors qu’il était en mission à Sisophon au Cambodge, il a été présenté à Ange, ancienne responsable de l’école du Bayon, et a découvert l’association. « J’ai alors proposé un projet avec les étudiantes, qui corresponde à la fois aux valeurs de l’association et à la culture cambodgienne ».

DSC01099

L’arbre, symbole du projet
Secondé par Samuel, bénévole de l’ONG, il a commencé à travailler avec les étudiantes en leur proposant de dessiner un arbre comme ceux du temple Ta Prohm : « Elles se sont appropriées le concept et ont commencé à travailler sur les feuilles ». Gilles et Samuel ont ensuite réuni des matériaux en métal pour la réalisation de la sculpture. Appelé « Le Fromager » par le sculpteur, l’arbre est désormais une pièce maîtresse du jardin de l’école de pâtisserie du Bayon.

 

Une seconde sculpture a été réalisée, sur laquelle les pâtissières en herbe ont laissé leur signature en peinture.

DSC01172

P1240355

Gilles gardera un très bon souvenir de cette expérience :  « C’était un challenge en 8-10 jours ! J’ai pris plaisir à aider des jeunes qui n’avaient pas forcément la fibre artistique. » Il se dit prêt à revenir, et pourquoi pas monter un projet avec les élèves de l’école primaire.

 

Merci à Gilles, Samuel et Mélanie qui ont travaillé sur ce projet!

 

, 24 novembre 2015

Bienvenue à la 2nde promotion de Bayon Pastry School !

Plus que jamais motivés par la réussite de la 1ère promotion, nous avons accueilli début septembre 17 nouvelles étudiantes, en suivant le même strict processus de sélection que l’an dernier :

– Dossier de candidature : les jeunes filles doivent y renseigner de nombreuses informations renseigner  de nombreuses informations sur leur famille pour nous permettre d’évaluer leur milieu social, le niveau d’études et leur motivation. Ce dossier confronté à nos critères (avoir entre 17 et 25 ans, avoir été à l’école au moins jusqu’au Grade 6, équivalent de la 6ème en France, très forte motivation, famille issue d’un milieu très pauvre) fait l’objet d’une première sélection

– Examen d’entrée : il comprend un test écrit en culture générale, mathématiques et notions d’anglais, ainsi qu’un entretien de motivation

– Visites de familles : conduites par la travailleuse sociale, celles-ci permettent de vérifier les informations transmises dans le dossier de candidature, mais aussi de déterminer plus précisément le niveau social et financier de la famille, ainsi que la motivation des parents à nous confier leur fille et à la soutenir durant son année de formation.

 

Quelques images des visites de familles :

Bouey Bunnat Ek Sreynich (2) IMG_3572     Keo Keang

Le début des cours

Après une semaine consacrée à l’évaluation du niveau des jeunes femmes en anglais et mathématiques et aux cours d’hygiène et de sécurité alimentaire, les étudiantes ont pu rentrer dans le vif du sujet : ingrédients, équipements et premières recettes pour la pâtisserie, se présenter en anglais, les additions, soustractions, multiplications et divisions, essentielles pour respecter une recette.

intake2_23 intake2_18 intake2_13 intake2_2

Les premiers stages

Les 8 étudiantes du groupe 1 ont entamé leur première période de stage le 26 octobre, et ce jusqu’au 4 décembre. Elles ont été accueillies par les plus beaux hôtels de Siem Reap : Victoria, Angkor Palace, Sofitel ou encore l’Héritage. Du 6 décembre au 15 janvier, ce sera le tour des 9 autres étudiantes de s’immerger dans le monde professionnel. Deux autres sessions de stages, d’une plus longue durée, auront lieu de fin janvier à début avril et mi-avril à fin juin.

 

L’année dernière, vous avez permis à une jeune fille de suivre notre formation et de trouver un emploi. Donnez cette chance à nos nouvelles recrues ! Vous pouvez nous contacter pour parrainer la formation d’une étudiante.

 

Ils nous soutiennent :

– Fondation Bergerac

– Fondation Amisse

– La Cure Gourmande

– Fondation Arcéal

– We Like the World

– Energy Assistance France

– Henkel

– R.O Veolia Water (Vietnam) Investment Itd Ho Chi Minh City

– Fondation Nourrir Aimer Donner

– Agence des Micro-Projets

– Colam Initiatives

– Fondation Natan

– Crédit Agricole CIB

– Bruno Moineville

– BILD hilft e.V “Ein Herz für Kinder”

 

, 28 octobre 2015

Félicitations à la première promotion !

Et voilà, c’est fini ! Après 11 mois de travail, de concentration, d’apprentissage, de stages, nous sommes très fiers de vous annoncer que toutes les étudiantes de la première promotion ont obtenu leur diplôme ! Et mieux encore, toutes les étudiantes ont trouvé un emploi en moins de trois semaines après la fin de leur formation ! Une joie immense pour elles, leurs familles et pour nous ! L’éducation change vraiment la vie ! Merci à vous de leur avoir donné cette chance !

L’examen final

Après le retour en cours du groupe 2 suite à leur deuxième stage, les étudiantes ont entamé une période de révision avant leurs examens finaux, répartis de la manière suivante :

▶ L’examen pratique de pâtisserie : les étudiantes avaient 3 heures pour réaliser une recette de pâtisserie et une recette de boulangerie, les recettes étant tirées au sort. Les élèves étaient jugées par les Chefs exécutifs et Chefs Pâtissiers des plus grands hôtels et pâtisseries de Siem Reap.

▶ Les examens théoriques : pâtisserie théorique, anglais, comptabilité, informatique, l’ensemble des matières étudiées tout au long de l’année étaient au programme, ainsi qu’un entretien d’embauche en anglais, réalisé avec le General Manager du Héritage Suite Hotel, le Training Manager du Sofitel.

▶ Une note sur le « comportement » de l’étudiante tout au long de l’année : attitude en cours, vie de l’école, motivation et implication.

 

DSC_7569 DSC_7629

 

La remise de diplômes

Une soirée forte en émotions, organisée pour mettre à l’honneur les étudiantes, entourées de leur famille, leur ONG et leurs maîtres de stage, ainsi que les professeurs et l’équipe de l’ONG et célébrer le succès de cette première promotion !

Bayon Graduation Ceremony

Le premier emploi

Il s’agit de l’objectif le plus important de notre projet : que l’ensemble des étudiantes trouve un emploi à l’issue de leur formation. Mission accomplie, moins de trois semaines après la fin des cours ! Les jeunes femmes vont pouvoir vivre de manière indépendante, tout en soutenant leur famille, avec un salaire moyen de 120$/mois ce qui est bien au-dessus de la moyenne. Mais surtout, elles auront la chance de pouvoir évoluer dans un secteur en pleine expansion au Cambodge et mener une réelle carrière.

Bayon Pastry School Students, Siem Reap, Cambodia

Sokha et Cola ont décroché leur premier emploi !

Le succès de cette première promotion nous a assuré de la pérennité et de l’impact positif de ce projet dans la vie de ces jeunes femmes et de leur famille. Tout cela a été possible grâce à vous ! Merci encore pour votre confiance et votre soutien. Mais ce n’est que le début ! Une deuxième promotion de 18 jeunes femmes issues de milieux très pauvres, venant pour la plupart de provinces reculées du Cambodge, commencera sa formation dans quelques jours. Et… Nous avons besoin de vous !

 

Continuez à soutenir notre projet et faites une vraie différence dans la vie de ces jeunes filles ! Nous comptons sur vous !

, 31 août 2015