Projets :

Extension du coffee shop

Le coffee shop de l’école de pâtisserie a ouvert en 2014 pour aider au financement de la formation des jeunes filles en pâtisserie.

En 2 ans, celui-ci s’est développé pour devenir un endroit connu et apprécié de la population de Siem Reap. Mais le manque de place se fait sentir. En effet le coffee shop ne peut accueillir que 12 personnes alors que les groupes sont de plus en plus nombreux à venir gouter nos pâtisseries et le climat chaud et humide accélère la dégradation des peintures

Il faut agir ! Nous profitons de la semaine du water festival pour fermer le coffee shop afin de refaire les peintures, agrandir le toit et poser du carrelage pour protéger les murs. Puis le binôme Chloé et Tiphaine se transforme en décoratrices : changer le mobilier, construire une terrasse, acheter de la vaisselle etc. Mirasol, une artiste philippine, se lance dans une fresque murale qui représente à la fois l’école primaire et l’école de pâtisserie. Le résultat est bluffant ! Bravo et merci Mirasol !

15644634_10153899022307303_528996729_n

Dans le même temps, Chloé noue un partenariat avec un couple franco-belge qui viendra installer son tuktuk de bagels dans le jardin de l’école tous les dimanches afin de proposer des brunchs, c’est le retour des Chill Out Sunday : proposer aux habitants de Siem Reap de venir passer un bon moment au coffee shop le dimanche avec des jeux et de la musique.

Dans la soirée du Samedi 10 Décembre, toute l’équipe s’active pour installer le mobilier afin que le coffee shop soit prêt pour son événement «Open Brunch» du dimanche 11 Décembre !

L’événement est un succès, le temps est radieux et une centaine de personnes vient découvrir le nouveau coffee shop, ainsi que les délicieux bagels et gâteaux !

Merci à toute l’équipe pour leur travail ainsi qu’à la fondation Amber qui nous a soutenu dans ce projet !

IMG_1258
IMG_1255
IMG_1244
IMG_1235
IMG_1199
IMG_1198
IMG_1191
IMG_1182
IMG_1179
IMG_1169
IMG_1168
IMG_1161

, 20 décembre 2016

3ème promo de Bayon Pastry School !

Début septembre, nous avons accueilli 12 jeunes filles défavorisées pour une nouvelle année de formation en pâtisserie-boulangerie.

La sélection
Nous avons débuté en mars dernier le processus de recrutement de la nouvelle promotion. Après avoir diffusé des tracts dans des villages et auprès d’ONG, nous avons reçu plus de 50 candidatures. Les jeunes filles devaient remplir un formulaire portant sur leur situation familiale, leurs conditions de vie et leur parcours scolaire. Suite à une présélection, nous avons convoqué plus de 30 candidates à l’école de pâtisserie pour une session d’examens écrits (culture générale khmère, anglais, calcul) et un entretien de motivation. Enfin, notre équipe a procédé à des visites de familles afin de vérifier leurs conditions sociales et s’assurer que les parents sont favorables à ce que leur fille suive la formation. En effet, la plupart de nos étudiantes quittent leur famille pour la première fois, ce qui peut être difficile à accepter pour les parents.
13296287_10209175824090287_1782654323_n
La session d’examens écrits
IMG_1903
IMG_1858
Visite des familles des jeunes filles

La rentrée
Afin de diminuer les écarts de niveaux entre les étudiantes avant le début de la formation, nous avons organisé une semaine de rattrapage lors de laquelle 5 étudiantes ont pu recevoir des cours particuliers avec Margaux, notre coordinatrice d’éducation et professeur des cours complémentaires.

La période 1 de la formation se déroule de septembre à fin octobre et comprend les premiers cours de pâtisserie théorique et pratique, d’Anglais et de mathématiques. Les apprenties pâtissières découvrent alors un tout nouvel environnement et les professeurs doivent commencer par les bases : vocabulaire du matériel et des ingrédients en cours de pâtisserie, cours d’Anglais… Margaux, notre professeur témoigne :

La première période est passée à toute vitesse et les étudiantes ont déjà bien progressé. Ce n’est pas toujours facile de communiquer avec elles, car leur niveau d’anglais est assez bas et mon niveau de Khmer quasi inexistant – mais un jeune étudiant Khmer est là pour m’assister pendant les cours. J’essaye de rendre l’apprentissage ludique et dynamique – certaines d’entre elles ont quitté les bancs de l’école depuis plusieurs années et ce n’est pas facile pour elles de s’y remettre. Mais petit à petit on instaure ensemble une atmosphère de travail agréable et productive. C’est très satisfaisant de les voir progresser, elles sont très studieuses et ont une réelle envie d’apprendre. Elles sont curieuses et ont toujours le mot pour rire, c’est un vrai plaisir de passer du temps avec elles

Trois mois après le début de la formation, nous constatons déjà de grands progrès chez les étudiantes ! Notre équipe a eu le plaisir de jouer les jurés lors des premiers examens de pâtisserie et nous pouvons dire que les étudiantes nous ont gâtés !

IMG_9927
IMG_9932

Le premier stage
Le 24 octobre, 6 étudiantes ont débuté leur premier stage dans de grands hôtels de Siem Reap : Le Meridien, Sokha Hotel, Somadeyi, Victoria Hotel, Tara Hotel et Sofitel. Cette première immersion de 6 semaines a pour objectif de faire découvrir aux étudiantes un environnement professionnel différent de celui de l’école, les règles d’hygiène, le travail en équipe !

Vous souhaitez soutenir notre formation professionnelle ?
Faites un don ou parrainez une étudiante en pâtisserie !

Dans les coulisses d’un nouveau projet à Bayon Pastry School!

Riana, 22 ans, nous raconte son expérience au sein de notre école de pâtisserie et vous présente le beau projet dont elle était en charge.
 

Je suis étudiante en Master de Management à NEOMA Business School – Rouen. Depuis que je suis entrée dans cette école, j’ai toujours eu à cœur de respecter deux principes. Le premier est de trouver ce qui me passionne vraiment et choisir mes stages en conséquence. Le second est de continuer à m’engager pour le développement de l’éducation accessible à tous, car je mesure la chance que j’ai d’avoir pu poursuivre mes études jusque-là. Lorsque l’on m’a parlée de l’Ecole du Bayon et de Bayon Pastry School, cela m’a immédiatement intéressée. Je venais de terminer mon stage chez Danone dans lequel j’avais développé une vraie addiction aux desserts et je cherchais à effectuer une mission pour une ONG dans le domaine de l’éducation. Travailler pour une école de pâtisserie ? Mission acceptée !
 
Au sein de Bayon Pastry School, j’étais chargée de l’édition d’un livre de recettes dont le profit des ventes servira à financer la formation. Il s’agit à la fois de définir le projet (ses étapes, son budget, son planning…) et de développer le contenu du livre. Notre objectif est de réaliser un beau livre de pâtisserie qui conte également l’histoire de l’école pour que celui-ci puisse être lu même sans intention de cuisiner !
 
Pour cela, il fallait que l’on se démarque des autres livres de recettes avec un storytelling fort. Et pourquoi ne pas se plonger dans la vie d’une étudiante qui intègre l’école de pâtisserie ? C’est en tout cas l’histoire que j’ai décidé de raconter. Tout au long du livre, nous suivons le parcours d’une jeune fille, de son intégration à l’école jusqu’à son diplôme, en passant par ses premiers pas dans le monde professionnel, ses moments de doute et de réussite ! L’histoire est inspirée des témoignages que j’ai reçus des étudiantes de la promotion 2015-2016, dont on peut retrouver des extraits au fil de la lecture. Chaque chapitre contient des recettes en lien avec ce que l’étudiante narratrice vit. Ainsi, nous invitons le lecteur à se mettre dans sa peau, à réellement vivre cette expérience ! Toutefois, le voyage ne serait pas complet sans quelques pages sur la culture culinaire cambodgienne et ses traditions ! On en retrouve entre quelques chapitres, pour s’évader un peu plus encore… La recette d’un invité « spécial » se cachera également dans le livre. Pour en savoir plus, rendez-vous à la parution du livre !
 
Cette expérience restera une aventure inoubliable et un temps fort de mes études. J’ai eu l’opportunité de gérer ce projet avec beaucoup d’autonomie, dans un pays que je ne connaissais pas. Je pense qu’il n’y a pas mieux pour découvrir et comprendre la façon dont les Cambodgiens travaillent ! Le projet a également un incroyable potentiel créatif. Ecrire un livre était un rêve de petite fille pour moi. Réfléchir à la ligne éditoriale, écrire les chapitres, mettre en avant mes idées… Je pense que je ne me suis jamais autant épanouie… et amusée ! Raconter l’histoire d’une étudiante avait également un énorme avantage : j’ai pu passer du temps avec les étudiantes, connaître leur histoire et créer des liens avec elles. C’est ce qui contribuait à me donner le sourire tous les jours ! Sans parler de toute l’équipe qui m’a soutenue, m’a racontée l’histoire de l’ONG et inculquée ses valeurs. Je garde en mémoire beaucoup de moments de partage, de rires et de gourmandise bien sûr !
 
Un grand merci à toute l’équipe de l’Ecole du Bayon pour ces 3 mois formidables ! Il me tarde d’avoir le livre entre les mains, ainsi qu’une bonne tarte passion chocolat !

 
Nous remercions Riana pour l’enthousiasme, la créativité et le professionnalisme dont elle a fait preuve en mettant en place ce projet ! Nous regrettons qu’elle n’ait pas pu rester avec nous plus longtemps !
 
La préface de ce livre ainsi qu’une recette seront rédigées par un grand chef français impliqué lui aussi dans le domaine de l’éducation pour tous ! Un grand merci à ce chef dont nous gardons le nom encore un peu secret !
 
Enfin, nous tenons à remercier les fondations Natan et Pasquier qui financent ce projet et nous permettront de réaliser un très beau livre !
 
Le livre de recettes est en cours de réalisation et sera mis en vente courant 2017. Restez connectés !
 

, 26 septembre 2016

Le succès de la 2nde promotion en pâtisserie !

Après une belle session d’examens finaux en pâtisserie et en cours complémentaires pour nos étudiantes, nous avons eu la joie de remettre les diplômes de Bayon Pastry School à toute la promotion.

Les épreuves finales

Pour les examens finaux les 25 et 26 juillet 2016, Bayon Pastry School a accueilli les chefs pâtissiers qui ont offert tout au long de l’année des stages à nos étudiantes. Accompagnée de sa famille, notre présidente Cambodgienne Mai nous a fait la belle surprise de sa présence.

Après avoir tiré au sort une recette de boulangerie et une recette de pâtisserie, les étudiantes avaient trois heures pour préparer deux assiettes pour séduire le jury.

Bayon pastry school final exam
DSCN5689

DSCN5690
DSCN5654

DSCN5659

DSCN5692

DSCN5668

DSCN5697

DSCN5719

La remise des diplômes

DSCN5747

Vendredi 29 juillet, l’école s’est mise sur son trente-et-un pour accueillir les parents des étudiantes ainsi que quelques partenaires privilégiés de Siem Reap. Nous étions ravis que les élèves puissent faire découvrir à leurs parents l’environnement dans lequel elles ont évolué pendant onze mois ainsi que leurs talents en pâtisserie et boulangerie ! Mélanie, professeur des cours complémentaires et Sychay, professeur de pâtisserie ont remis à chacune leur diplôme ainsi qu’un petit cadeau. Les trois meilleures élèves, Silech, Narong et Keang ont également reçu un beau livre de recettes.

Nous sommes ravis d’avoir atteint, comme l’an dernier, un taux de 100% de réussite dans la formation professionnelle ! Après avoir travaillé dur pendant onze mois et évolué tant au niveau personnel que professionnel, nos étudiantes sont désormais prêtes à intégrer le monde professionnel. Quelques jours seulement après la fin de la formation, nous sommes fiers d’annoncer que 15 d’entre elles ont déjà trouvé un emploi !
Sreynich, la plus jeune de la promotion, approfondi ses connaissances en partageant son temps entre le laboratoire de pâtisserie et les cours complémentaires qu’elle avait besoin de revoir.

DSCN5751

DSCN5758

DSCN5778

DSCN5829

DSCN5832

DSCN5837

DSCN5875

Toutes les photos de la cérémonie des diplômes ici !

, 2 août 2016

Lumière sur un partenaire : Buffalo Tours

Bayon Pastry School est ravie de travailler avec l’agence de voyages Buffalo Tours depuis Janvier 2016. Nous avons interviewé Panya Thin, Responsable régional du Cambodge, Laos et Birmanie et Suy Vet, Resposable du projet ETA au Cambodge.
 
Buffalo Tours  
 
Comment avez-vous été amenés à travailler avec Bayon Pastry School ?
Buffalo Tours comporte le département ETA : Educational Travel in Asia. Cela concerne tout ce qui est lié aux communautés locales. A travers ce département, nous proposons un tourisme responsable. Avant que votre école ne soit officiellement ouverte, deux jeunes femmes sont venues à notre agence pour nous présenter le projet. Nous étions vraiment intéressés parce que nous avons une réelle volonté de soutenir des entreprises qui changent des vies. Quelques semaines plus tard, je suis venu à votre école. Bien que ce n’était pas encore terminé, j’ai trouvé que c’était un beau projet. La manière dont vous aidez ces femmes vulnérables est une façon vraiment significative d’agir. Alors, nous avons convaincu notre hiérarchie de nous laisser organiser quelque chose avec vous. Et aujourd’hui, nous servons vos produits à nos clients !
 
Dans quel contexte servez-vous nos produits ?
Vos produits (croissants, financiers, cookies, cake au gingembre et à la cannelle) sont livrés le soir et servis le lendemain matin dans les temples, après que nos clients aient admiré le lever du soleil sur Angkor Wat. Nous les conduisons alors à un autre temple à seulement dix minutes de route et ils profitent d’un buffet petit déjeuner avec vos produits et du café, du thé et des fruits frais. Nous disposons le tout sur une longue table et les gens se servent dans une boîte en feuilles de palme. Voulant proposer une alternative aux assiettes, nous avons pensé que ces boîtes auraient plus de sens car elles sont recyclables et fabriquées dans le village d’origine d’une de nos collaboratrices. C’est plus responsable.
 
received_968254436594946
 
Communiquez-vous sur le fait que vous travaillez avec notre école de pâtisserie ?
En fait, ce petit déjeuner n’est qu’une petite partie du tour que nous organisons. Nous avons clairement communiqué auprès de nos agents, c’est pourquoi cela se passe toujours aussi bien, mais nos clients ne sont pas forcément au courant. Nous disposons votre petit panneau sur le buffet (qui mentionne « Bayon Pastry School a réalisé ces produits ») mais les clients savourent l’instant présent. Nous avons peu de temps et d’espace, les touristes ne savent pas ce qui se passe en coulisses. Ils profitent du service et de l’expérience. Mais au moins, il est bon à savoir pour eux que leur argent ne va pas seulement chez les plus gros fournisseurs de services (hôtels, restaurants, billets d’avions, croisières…). Ils peuvent s’assurer qu’une partie de leurs dépenses revient aux locaux. Même si nous sommes convaincus que le tourisme responsable est la bonne manière de voyager, ce n’est pas encore un marché de masse, dans le sens où le public cherche encore à rester dans sa zone de confort. Ils n’ont pas vraiment le temps de participer à des activités plus « aventurières » et à des projets sociaux. D’une certaine manière, Buffalo Tours essaie alors se positionner comme un lien entre les touristes et les locaux.
 
L’agence Buffalo Tours a-t-elle un engagement particulier à travailler avec des ONG et des entreprises sociales ?
Dans notre travail, nous pensons que des petites choses peuvent signifier beaucoup pour nous, pour nos clients et pour nos agents. Tout ce que nous faisons doit ajouter une plus-value et une symbolique à nos tours et nous espérons que les clients le ressentent. Nous sommes sur un marché compétitif. Nous avons une personne en charge du département ETA dans chaque pays où nous sommes implantés et ces personnes sont formées chaque année. Nous sommes convaincus que le tourisme responsable est un avantage compétitif. Être capable d’aider les communautés locales est un privilège. Et nous savons que c’est pour du long terme. Travailler avec Bayon Pastry School est pour nous une opportunité de faire quelque chose de différent. Nous pensons au futur de notre entreprise, mais aussi à l’avenir de votre ONG. C’est une entreprise sociale, ce qui est une bonne chose parce que nous ne croyons pas en le fait de financer des associations en permanence. Vous savez, beaucoup d’ONG échouent au Cambodge car elles n’ont qu’un financement sur deux ans et après cette période, leur projet prend fin. C’est pourquoi nous encourageons vivement les gens qui ont des idées d’entreprises sociales et qui cherchent à réaliser des projets durables.
 
Souhaitez-vous dire quelques mots sur le cours de pâtisserie et les pauses café que nous avons mis en place pour vos clients ?
Le groupe qui a participé au cours de pâtisserie nous a fait un retour fantastique, ils ont vraiment apprécié ! En ce qui concerne les pauses café, nous avons amené quelques groupes à votre coffee shop et l’histoire derrière leur a vraiment plu. Ils ont aussi trouvé vos pâtisseries d’une grande qualité. Cependant, bien que ce soit une belle activité, je pense que les pauses café ne sont pas vraiment adaptées à notre organisation car nous sommes très contraints par le temps. Cela ne fonctionne qu’avec notre département ETA, qui représente une petite partie de notre activité.
 
Voulez-vous ajouter quelque chose pour conclure cette interview ?
Oui, si je peux faire quelques suggestions. J’espère vraiment vous voir réussir à une plus grande échelle. Pour cela, vous devez vraiment trouver les bonnes entreprises avec qui commencer. Ne perdez pas votre temps avec des entreprises qui ne vous ferons que du « blabla » et qui n’auront pas réellement envie de vous soutenir. Les entreprises à notre niveau, que nous appelons « globales », notamment certains de nos concurrents, sont les bonnes compagnies à approcher. Elles pourraient vous emmener loin. Egalement, vous devez travailler avec des hôtels. Je sais que les grands hôtels ont déjà des chefs pâtissiers mais vous pouvez cibler les hôtels-boutiques.
 
Un grand merci à Panya et Vet pour nous avoir accordé leur temps précieux !

, 29 juin 2016