Rapports de visites :

Nos bénévoles en visites de familles

Nos deux bénévoles de 18 ans Faustine et Sam ont récemment eu une nouvelle mission : accompagner Viseth, notre travailleur social en visites de familles.

 

De quoi s’agit-il ?

Ces visites consistent à rencontrer la famille de chaque élève de l’école primaire afin d’évaluer son niveau et ses conditions de vie. Elles permettent aussi d’identifier d’éventuels problèmes et de trouver des solutions pour que l’enfant puisse poursuivre sa scolarité. Lorsque cela est possible, faire ces visites à deux permet d’avoir un regard plus objectif sur chaque situation, de ne pas oublier des éléments clés et bien sûr, de se sentir en sécurité en cas de litige avec la famille. Chaque famille est visitée une fois par an par un travailleur social de l’ONG.

 

Récit des premières visites

« Sam et moi (Faustine), sommes tous les deux bénévoles à l’école du Bayon depuis plusieurs mois et avons la chance de participer aux visites de familles. Cela fait maintenant 2 semaines que nous alternons tous les jours pour accompagner Viseth. C’est une super expérience car elle nous permet d’être confrontés aux conditions dans lesquelles vivent les enfants que nous aidons à l’école, et d’une manière générale aux conditions de vie d’un grand nombre de Cambodgiens, bien plus précaires à la campagne que dans Siem Reap où nous vivons.

 

Nous partons tôt le matin en moto en direction des villages situés dans l’enceinte des Temples d’Angkor, pour gagner du temps les visites se font par village et non par grade. Deux à quatre enfants nous attendent au point de rendez-vous donné par Viseth afin de nous emmener dans leur maison. Parmi ces enfants, un va rester avec nous toute la matinée pour nous emmener de famille en famille, on l’appelle notre « Tour guide ». Arrivés devant la maison, nous rencontrons les parents et les enfants qui nous attendent et nous sommes très bien accueillis. Ensuite, Viseth pose des questions visant à déterminer leur condition de vie : accès à l’eau, à l’électricité, toilettes, matériaux de construction pour la maison, nombre d’enfants à charge… Nous nous intéressons aussi au salaire des parents, aux dépenses quotidiennes, aux prêts bancaires en cours, à leurs possibilités d’épargner ou non, aux possessions (terres, animaux)… Nous réalisons la dure réalité de leur quotidien. Par exemple, à plusieurs reprises, nous avons rencontré des mères de familles travaillant à la maison qui fabriquaient des paniers à la main, de très bonne qualité. Elles nous ont dit qu’elles les vendaient 2 000 riels ($0,5) à l’unité ! Nous avons été très surpris car ces mêmes paniers sont revendus dans des marchés locaux à 5 dollars minimum ! À la fin de la visite, nous nous concertons afin de déterminer l’échelon social de la famille. Enfin, nous la prenons en photo devant sa maison afin d’avoir une trace de la visite. »

Faustine visite familles

Bayon family visit

Bayon family visit2

Sam visite familles

Family visits bayon school

, 3 février 2016

Comment les élèves sont-ils sélectionnés ?

Comment les élèves sont-ils sélectionnés ?

 

 

Qui dit nouvelle année scolaire, dit nouveaux étudiants ! Comme chaque année, nous avons lancé en juin le processus de sélection des nouveaux élèves du grade 1 pour l’année 2015/2016. Les formulaires de candidatures étaient disponibles à l’école primaire et devaient être remplis par les parents et remis au directeur de l’école dans le mois.

 

Pour s’assurer d’une sélection équitable, nous basons nos décisions sur un certain nombre de critères :

 

  1. ▶ Age entre 6 et 8 ans
  2. ▶ Habitant à moins de 5km de l’école primaire
  3. ▶ S’il y a moins de 6 membres dans la famille, le cumul des revenus ne doit pas dépasser 150$ par mois.
  4. ▶ S’il y a plus de 6 membres dans la famille, le cumul des revenus ne doit pas dépasser 200$ par mois.

 

Notre première étape est de trier les candidatures qui répondent aux critères, listés ci-dessus, de celles qui n’y répondent pas. Ensuite, notre travailleuse sociale, avec l’appui du responsable de programme, visite l’ensemble des familles retenues pour vérifier et compléter les informations données. C’est également pour elle l’occasion de tester la motivation des parents à offrir à leur enfant la meilleure éducation possible. Sans engagement des parents, le risque d’abandon scolaire avant d’avoir atteint le grade 12 est beaucoup plus élevé.   Une fois l’ensemble des visites de famille effectuées, le comité de sélection (Responsable de programme ou de projet, travailleuse sociale, directeur de l’école et professeur du grade 1) se réunit pour sélectionner les 40 élèves qui intègreront notre école. Les plus pauvres ont la priorité, ainsi que les filles par rapport aux garçons, ce qui nous contraint malheureusement à refuser certains enfants (plus de candidatures que de places) qui pourtant répondent aux critères. Ils ne sont juste pas les plus défavorisés. Par ailleurs, nous accordons une attention particulière à la motivation des parents. Aussi, si les parents semblent uniquement motivés par la gratuité de l’école et pensent envoyer leur enfant travailler dès qu’il ou elle sera en âge, nous refusons la candidature.

 

Avec ce processus de sélection, nous espérons donner l’opportunité à des enfants non seulement défavorisés, mais également motivés, de réaliser leurs rêves grâce à une tête bien faite et bien pleine.

 

, 31 août 2015

Une visite à l’école!

jacqueline-1-300x198

En novembre dernier, l’école a reçu la visite de Jacqueline Chouette, ancienne Présidente de l’association, accompagnée de son mari et d’amis, membres actifs de l’association, venant pour la deuxième fois.

Le programme: haie d’honneur (quoi de plus normal pour une Présidente d’Honneur !), discours d’encouragements de Jacqueline pour les enfants et photos de groupe.

Pour cette grande occasion, un déjeuner rassemblant l’ensemble des enfants et jeunes soutenus par Ecole du Bayon a été organisé. Au total, près de 400 repas ont été distribués. Au menu, nouilles de riz khmères et viande au curry avec du pain, un vrai régal pour tous!

Jacqueline a profité de cette journée pour discuter avec les plus grands au sujet de leur vie au quotidien et connaître leurs projets d’avenir.

Srey Mom, jeune femme de 24 ans, finance sa première année d’études en comptabilité à l’université grâce à une bourse offerte par le club Soroptimist Riom, Chatel-Guyon, Volvic, dont Jacqueline est membre. Elle a remercié l’ancienne Présidente pour cette aide généreuse et de grande valeur à ses yeux.

Ce n’est pas tout, nos visiteurs ont aussi amené une valise pleine de brosses à dents et de dentifrices pour nos distributions de kits d’hygiène.

Quand Jacqueline vient à l’école, c’est toujours avec des sacs remplis de surprises !

អរគុណ* Jacqueline!

*Merci en khmer

jacqueline-2-198x300

, 30 janvier 2014
Mots-clés : , ,

Check-up médical à Ecole du Bayon

Les trois prochains jours s’annoncent rudes et intenses, c’est normal nous sommes le lundi 14 octobre et les visites médicales à l’Ecole du Bayon vont commencer.

 

 

DSC_0052

Le Docteur Nicolas Zeller

 

Le Docteur Nicolas Zeller est fraîchement arrivé au Cambodge et à 7h30 tout le monde est prêt pour donner un coup de main. Nous voilà partis dans un rythme effréné. La motivation et l’envie sont présentes en chacun de nous. Notre premier but est donc de faire passer le maximum d’enfants pour que Nicolas puisse les ausculter.

 
Le matériel médical demandé par le doc a été fourni en partie par l’association : une balance, un thermomètre, de l’alcool à 90 °C, des compresses stérilisées etc… Nicolas a pris ses outils de travail avec lui dont une échelle de lecture Monoyer (contrôle de la vue). Les conditions d’auscultation sont réunies pour détecter les problèmes de santé éventuels de chaque enfant.

 
Une visite médicale au Cambodge dans une pagode ne s’improvise pas, par contre le lieu lui, est plus délicat à trouver. Il se trouve que la salle d’anglais reste le lieu le plus adéquat pour notre organisation. Adjugé vendu ! Nous tendons des draps (que des moines de la Pagode nous prêtent) que nous coinçons grâce à des cordages et à la structure métallique. Le cadre est assez inhabituel : cela change d’un cabinet en dur ! Autour de nous, il y a la forêt, des enfants qui jouent, des vélos entreposés, beaucoup de bruit. Cet environnement favorise une ambiance de travail plutôt détendue. Dans la salle d’attente improvisée, les enfants sont à la queue leu leu et le stress est palpable pour certains d’entre eux. Les draps suspendus autour de nous ne nous offrent qu’une petite part d’intimité et ne nous coupent finalement pas réellement de l’extérieur.

 
Les premiers pas peuvent paraître maladroits mais l’organisation d’Elodie nous est précieuse pour la suite des évènements. Nous essayons de procéder par ordre de Grade (niveau de classe) : une « pré-examination » est effectuée grâce à Neang (professeur d’anglais) : chaque enfant donne son nom, prénom, son âge et est ensuite pesé et mesuré. Toutes ces informations sont récoltées et notées contentieusement sur un dossier. Chaque enfant attend son tour. Les minutes sont longues et les rires gênés trahissent des petites angoisses. On voit bien que les enfants se parlent entre eux et que le déroulement de la visite n’a plus de secret pour les suivants !

 
Nicolas contrôle les dents (qui sont souvent très abîmées) puis il vérifie la pulsation cardiaque, la toux et l’état physique général. Chaque enfant réagit différemment et souvent leur maladresse nous met encore plus de bonne humeur ! Notre moyenne est d’environ 70 enfants par jour, ce qui paraît tellement impossible dans nos pays occidentaux…

 
Entre les carences alimentaires, les troubles d’implantations dentaires et les plaies infectées, Nicolas se doit d’être rapide et efficace. Le check-up est sommaire mais essentiel car pour certains « minots » cette visite est une grande première. Pour nous aussi s’en est une, on s’improvise à la fois secrétaire médicale ou photographe dentaire !

 
Après ces trois jours intenses, le visage de chaque enfant nous marque. Nous retenons quelques cas sérieux parmi les quelques 200 enfants. Des lunettes sont à prescrire en urgence et des antibiotiques sont distribués contre des cas de fièvre. L’élan de générosité et de motivation de l’ensemble de l’équipe fait chaud au cœur et annonce une réussite assurée de nos projets futurs notamment pour les sensibilisations à l’hygiène, au lavage de mains et brossage de dents, … Merci à tout le monde !

, 22 octobre 2013
Mots-clés : , , ,