Focus sur les recommandations et leur mise en application

La rentrée de l’école primaire du Bayon sera cette année sous le signe du changement ! Après de grands travaux qui en ont remodelé les infrastructures, c’est au tour de l’organisation de l’école et des pratiques pédagogiques utilisées par les professeurs d’être revus. Nous nous baserons pour cela sur les recommandations formulées par Rodrigo et Anaïs.
Une des plus importantes est le recrutement d’un directeur à temps plein. Il faut en effet que l’école soit gérée sans discontinuer toute la semaine. Un nouveau directeur Dy Phorn a donc rejoint notre école dès le mois de septembre. Il sera désormais présent en permanence avec les élèves, et pourra encadrer et soutenir les enseignants. L’une de ses missions sera de mettre au point une nouvelle organisation claire et rigoureuse de la vie scolaire. Un surveillant général a également été nommé pour assurer la sécurité des enfants à l’école et la maintenance dans l’établissement.
41991230_744296632629172_2648642937725911040_n

Nous souhaitons que chaque élève fasse l’objet d’un suivi personnalisé. Pour cela, les cours de soutien seront remaniés. Ils seront désormais faits en petits groupes pour permettre à notre enseignante, Sophany, de pouvoir les suivre individuellement. Ils seront pédagogiquement différents des cours en classe entière et s’adapteront aux méthodes d’apprentissage convenant le mieux à chaque enfant. C’est un vrai travail de coordination entre la professeure de soutien et les professeurs de grade qui sera mis en place. Cela permettra aux enfants plus facilement et aux professeurs de choisir la bonne méthode à utiliser en fonction de l’élève.
Les enfants auront en plus accès à de nouveaux cours, grâce à une rationalisation de l’emploi du temps qui sera au plus près des exigences du Ministère de l’Education cambodgien. Cette dernière permettra aussi aux professeurs et au directeur de pouvoir échanger et travailler ensemble, en ayant davantage de temps en dehors de la classe. Les professeurs pourront mieux préparer leurs cours, mieux connaître les élèves et leurs besoins, et prévoir des temps de formation et de discussion pour partager les bonnes pratiques. Cet environnement coopératif sera bénéfique pour nos professeurs comme pour nos élèves.
Export-2

La construction de la bibliothèque cette année permet aussi de mettre en place, à partir de la rentrée, des cours de bibliothèque pour tous les grades. Les grades les plus grands auront également accès à des cours d’informatique. Ce sera l’occasion pour eux d’apprendre non seulement à utiliser un ordinateur mais aussi de renforcer les apprentissages des matières traditionnelles différemment. Nous renforcerons les cours d’art et de danse Apsara, optionnels jusqu’alors, en en donnant accès à tous les enfants toute l’année. Ces cours sont non seulement un moyen pour les enfants de découvrir tout un pan de leur culture, mais aussi de développer leur créativité, leur curiosité, leur capacité à exprimer leurs pensées et à créer ensemble avec leurs camarades.
De nombreux projets sont en cours de réalisation pour compléter cette réorganisation de l’école primaire. Nous voulons continuer à renforcer le programme de santé de l’école, en informant les enfants sur les règles de premiers secours, en mettant en place un suivi vaccinal et en continuant à travailler de concert avec d’autres ONG médicales pour leur fournir les soins dentaires et oculaires dont ils ont besoin.
Nous souhaitons renforcer encore le lien avec les familles de nos élèves pour leur donner une idée concrète de l’importance de scolariser leurs enfants. C’est essentiel car la plupart de nos parents d’élèves n’ont pas été à l’école. Cela passe bien sûr par beaucoup de communication, faite avec l’aide précieuse de notre assistante sociale, mais aussi par l’organisation d’événements festifs et positifs dans l’enceinte de l’école, où l’investissement des enfants dans leur scolarité est valorisé.
Même si en éducation le temps des changements est long, la plupart de ces projets verront le jour au cours de l’année scolaire à venir. Ils sont possibles grâce à tous les soutiens que nous recevons et à la mobilisation de toutes les équipes de l’ONG ! Merci !
, 17 septembre 2018

Redéfinition des
pratiques pédagogiques
de notre école

Rodrigo et Anaïs ont rejoint l’équipe de l’Ecole du Bayon en mars 2018 pour effectuer une mission d’évaluation du fonctionnement de notre école primaire. Spécialistes des politiques publiques et particulièrement des politiques éducatives et de lutte contre la pauvreté, ils ont passé plusieurs mois à l’école pour étudier la façon dont elle était structurée, et comprendre comment les cours étaient organisés et donnés. Ils en ont tiré un constat et des recommandations d’action pour les années à venir.
Après plusieurs années passées à développer ses infrastructures, l’école primaire du Bayon dispose désormais, du point de vue matériel, de tout ce qu’il faut pour que les élèves étudient dans de bonnes conditions. Ils sont d’ailleurs ravis de venir à l’école. Ils y restent toute la journée, indépendamment de l’heure à laquelle commencent leurs cours et se sont véritablement appropriés les lieux. Ils profitent d’un programme d’anglais bien plus dense que dans le système public et ont accès, depuis cette année, à des cours de sport. Leurs familles accordent de la valeur à l’école et ont intégré le fait qu’aller à l’école peut apporter un bénéfice économique dans le futur.
Export-3

Tout cela constitue une base solide pour travailler à davantage prendre en compte les spécificités de nos élèves dans la façon dont nous organisons la vie à l’école et dont les professeurs enseignent le programme khmer. Plusieurs aspects organisationnels doivent ainsi être revus pour permettre aux élèves comme aux professeurs de pouvoir travailler et apprendre dans les meilleures conditions et avec les meilleurs résultats possibles.
L’Ecole du Bayon s’est donnée la mission la plus difficile qu’il soit, peu importe le pays du monde dans lequel on se trouve : celle de donner à des enfants de familles très défavorisées les mêmes chances de réussir leur scolarité que les autres enfants de milieux plus aisés. C’est un véritable défi. En moyenne, un élève issu d’un milieu favorisé devance un élève issu d’un milieu défavorisé d’un écart supérieur à deux années de scolarité. L’École du Bayon a choisi de fournir à ces élèves les ressources nécessaires afin qu’ils puissent poursuivre leur scolarité au moins jusqu’au grade 6. De plus, elle leur apporte une aide supplémentaire lorsqu’ils intègrent le secondaire.
Export1

Les élèves de l’École du Bayon ont toutes les probabilités de rencontrer des difficultés scolaires, et plusieurs problématiques sont à prendre en compte dans la mise en place de la nouvelle stratégie pédagogique de l’école. En effet, si l’écart de résultats est une constante, plusieurs systèmes ont réussi au fil du temps à le réduire, considérablement pour certains. L’école a la capacité, lorsqu’elle en prévoit les moyens, de compenser les difficultés socio-économiques des élèves.
Grâce à la motivation sans faille et à la réactivité des équipes de notre ONG, cette réflexion sur les manques restant à combler a d’ores et déjà été menée. Elle servira de fondement pour revoir l’organisation de l’école primaire et commencer à appliquer notre nouvelle philosophie éducative.

Bilan sur les résultats de nos élèves pour l’année scolaire 2017-2018

Cette année 256 élèves étaient inscrits à l’école du Bayon. Leurs résultats pour l’année scolaire 2017-2018 sont satisfaisants. Nous enregistrons en effet un taux de réussite de 88% !
Même si nous déplorons un décrochage scolaire de 4%, le taux de présence de nos élèves, de 98%, dépasse ce que nous avions escompté Ces résultats sont très encourageants, mais nous souhaitons cette année améliorer encore leur taux de présence. Pour cela, nous inclurons davantage les parents et les informerons des règles en vigueur à l’école pour prévenir les absences injustifiées. Nous continuerons également de développer notre programme de soutien social qui nous permet de limiter les absences pour raison médicale.
Nous vous invitons à trouver ci-dessous les conclusions du conseil de classe qui s’est tenu pour chaque grade en juillet :

Tableau-resultats

Enfin, nous avons le plaisir de partager avec vous la bonne nouvelle qui vient juste de nous être communiquée : l’ensemble de nos élèves du Grade 12 (anciens élèves de notre école primaire soutenus après le grade 6 par le programme destiné aux étudiants du secondaire) ont obtenu leur examen de fin de cycle (l’équivalent du baccalauréat). 100% de réussite contre 66% à l’échelle nationale, nous avons de quoi être fiers de nos élèves et les félicitons pour leur travail et leur sérieux. Autre bonne nouvelle, ils ont tous exprimé le souhait de continuer leur scolarité à l’université. Comptabilité, littérature, tourisme… ils ont tous trouvé un domaine de prédilection et pourront compter sur le soutien de l’école du Bayon dans la poursuite de leur apprentissage.

Export-3

À la rencontre de Thorth : notre responsable administratif & financier

Thorth Thorn est depuis 2015 le responsable administratif et financier et le directeur du programme social à l’école du Bayon. Très appliqué dans son travail et faisant preuve d’une gentillesse à toute épreuve, nous avons souhaité vous raconter ses origines, son parcours et ses ambitions.
Thorth est né en 1982, peu après la chute du régime des khmer rouges (mouvement communiste radical au pouvoir de 1975 à 1979 et responsable du génocide cambodgien). Ne pouvant accoucher dans son village, la mère de Thorth a choisi de lui donner naissance à « Site II », un centre de réfugiés géré par l’ONU, dans les montagnes à la frontière thaïlandaise. Thorth a ensuite passé son enfance dans la province d’Oddar Meanchey, au nord du pays.
Le système éducatif cambodgien ayant été détruit par les khmers rouges, le début de sa scolarité n’a pas été simple. Il a par exemple été obligé de faire le Grade 1 à 3 reprises, non pas car il n’avait pas le niveau mais parce qu’il n’y avait aucune école à proximité de son village proposant les niveaux supérieurs. Ainsi, il considère que sa scolarité à réellement débuté à l’âge de 9 ans.
Pour son entrée au lycée, Thorth a rencontré de sérieux problèmes en raison de l’administration changeante en fonction des provinces. En effet, le lycée le plus proche de son habitation se trouvant dans le district de Siem Reap, il n’était pas considéré comme prioritaire et avait un statut de « visiting student ». Ce statut « précaire » lui interdisant l’accès au foyer du lycée, il a alors décidé de se rapprocher de l’organisation « Enfants du Mekong ».
La condition sociale de Thorth aurait dû lui permettre de bénéficier du soutien de cette organisation mais elle n’avait pas les moyens d’aller jusqu’à son village pour l’évaluer. Heureusement, sa motivation lui a quand même permis d’obtenir une place dans le foyer en Grade 10 et un soutien total de l’association l’année suivante.
Toutefois, en fin de Grade 12 (l’équivalent du baccalauréat), Thorth n’a pas eu des résultats suffisants pour obtenir la bourse universitaire délivrée par Enfants du Mekong.
Déterminé, il est resté au centre de Sisophon demandant quotidiennement l’obtention de la bourse. Une fois encore, sa détermination a porté ses fruits : Enfant du Mekong lui a finalement accordé une bourse d’étude pour 2 ans.
Pour ses études supérieures, Thorth a choisi de se spécialiser en Finance & Banque. Pas très bon en mathématiques, il adorait cependant la comptabilité et sa logique. Ses facilités en anglais lui ont en plus permis de comprendre facilement les documents (rarement traduits en khmer) étudiés en cours.
Durant ses 6 années d’études à Phnom Penh (qui lui ont permis de décrocher un Master), il a eu de nombreux jobs en parallèle pour financer sa scolarité. Au lendemain de ses études, il s’est installé à Siem Reap où il occupait 3 postes en même temps : la semaine il travaillait pour Kamonohashi (une association engagée contre le trafic d’êtres humains), le soir il donnait des cours de comptabilité à l’université (ce qu’il fait toujours) et le week-end, il occupait le poste de responsable financier dans un hôtel.
P1030141

Souhaitant apporter son aide aux générations futures et guidé par sa curiosité, Thorth a décidé en 2015 de mettre ses compétences au profit d’un projet engagé pour l’éducation et a postulé à l’école du Bayon.
Il fut dès son arrivée nommé comme Directeur administratif et financier. En 2017, il a également pris en charge la gestion des programmes sociaux du Bayon. Il a une vision particulière des travailleurs sociaux : pour lui, leur mission n’est pas d’aider les étudiants, mais plutôt de leur donner les moyens de se développer. Si les étudiants ne participent pas à ce développement, rien ne sert donc de les soutenir financièrement.
La confiance gagnée au fur et à mesure des années et l’aide précieuse de Romnéa (comptable avec laquelle il travaille en binôme) lui permet même d’élargir son champ de compétences au-delà de l’administration et la finance.
Cette année, Thorth a notamment aidé Anaïs et Rodrigo à formuler des recommandations sur la pédagogie de l’école. Il n’avait aucune expérience dans le domaine de l’éducation mais ses échanges avec eux l’ont incité à se documenter sur ces problématiques. L’éducation est pour lui un trésor dont il faut prendre soin. Au-delà de ça, il épaule aussi Sokhoeurn dans sa réflexion pour le développement de l’école de pâtisserie.
L’une de ses priorités pour les mois à venir sera d’améliorer le programme de suivi des étudiants à la sortie de l’école primaire. A son image, il souhaite les inviter à développer une expérience professionnelle en parallèle de leurs études. Il veut aussi les pousser à avoir davantage d’ambition et à croire en leurs rêves. Pour les motiver, Thorth aime leur répéter une citation d’Oscar Wilde : « Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles ».
Il aimerait par exemple que les élèves du Bayon se projettent au-delà des frontières cambodgiennes. C’est notamment pour cela qu’il accorde une place importante à l’apprentissage de l’anglais et de l’informatique dans leur scolarité. Quand il était jeune, il était passionné d’informatique et l’étude du fonctionnement des ordinateurs, en plus de lui apporter une compétence professionnelle, lui a permis de développer son esprit logique.
35552056_1918933964837484_1529499980807536640_n

Côté famille, Thorth est l’heureux papa de 3 enfants. Son fils lui a d’ailleurs confié le mois dernier qu’il ne souhaitait pas faire d’études mais plutôt travailler dans les champs de riz. Elevé à Siem Reap et n’ayant jamais vraiment connu la vie à la campagne, Thorth l’a donc invité à aller travailler dans un champ le temps d’un après-midi. Après 2 heures de sueurs et d’efforts, il ne voulait non seulement plus travailler dans un champ, mais aussi ne jamais retourner à la campagne. C’était selon Thorth, le bon moyen de lui faire comprendre la valeur et le pouvoir de l’éducation.
Ayant grandi dans un environnement comparable à celui des élèves que nous accueillons à l’école du Bayon, Thorth mesure la valeur de l’éducation et souhaite d’autant plus les stimuler et les guider. Nous mesurons la chance que nous avons d’avoir à nos côtés quelqu’un comme lui.
, 29 juin 2018

L’action de
nos ambassadeurs

L’école du Bayon est aujourd’hui soutenue par plus de 400 parrains et marraines mais aussi par de nombreux sponsors aux implications très variées. Nous souhaitons mettre en lumière certaines actions de ces « ambassadeurs » qui se mobilisent au profit du Bayon. Du Limousin à Singapour, ils sont si nombreux que nous ne pourrons pas tous les citer, mais nous souhaitons vous donner des exemples d’actions qui, qui sait, pourraient vous inspirer !
IMG_20180620_134715

– La mise en relation avec des fonds, fondations ou entreprises qui débouchent sur d’importants dons. Les fondations d’entreprises sont parfois méconnues de leurs employés : n’hésitez pas à vous renseigner. En faisant cela, Dominique d’Elloy, par exemple, nous a permis d’obtenir 10 000 euros de la fondation Thalès pour soutenir le projet de la classe digitale.
– L’organisation d’évènements au profit du Bayon comme par exemple un tournoi de golf, une pièce de théâtre ou un concert. Les exemples sont nombreux, le plus récent en date étant le tournoi de golf organisé par Thierry Van Santen qui aura récolté 5 000 euros.
– La participation à des kermesses, marchés ou autres mobilisations pour faire connaître l’association et y vendre des livres de pâtisserie du Bayon, des sachets de poivre de Kampot, des Kramas ou simplement des gâteaux. Jacqueline Chouette, notre présidente d’honneur regorge d’idées sur ce plan et participe depuis de nombreuses années par exemple au marché de Noël de Volvic pour y vendre du poivre ou de l’artisanat Cambodgien.
– Le sponsoring d’un projet particulier comme les actions du Rêve d’Elo pour la cantine ou la mise en place du petit-déjeuner à l’initiative de la famille Mandray et financé par leurs récoltes.
– La mise en relation avec des compétences particulières, comme par exemple Babeth, notre ambassadrice à Singapour qui nous a fait rencontrer une de ses amies maître en confiture qui nous a permis d’initier la vente de confitures au coffee shop.
– Les collectes au profit du Bayon organisées en guise de cadeau lors d’un mariage ou d’un anniversaire, à l’instar de Nicolas Moulin qui a proposé aux invités de sa soirée d’anniversaire de faire un don au Bayon plutôt qu’à lui.
– La création de « produits dérivés » vendus au profit du Bayon, comme les projets du poivre de Kampot gentiment offert par Norbert Binot ou du livre de pâtisserie financé par la fondation Natan.
– L’établissement de partenariats comme celui monté par Vanessa Bernard Granger avec l’épicerie fine Albert Ménès qui fait des opérations spéciales au profit du Bayon.
– Et tout simplement les collectes et dons ponctuels de nos parrains qui n’hésitent pas à donner un coup de pouce en plus du parrainage ou carrément à financer un gros projet comme la famille Lally pour une partie des travaux de l’école.
On dit souvent que l’école du Bayon est une grande famille dans laquelle chaque membre à une place importante, et ce rapide tour d’horizon le confirme une fois encore. Pour continuer sur cette dynamique, nous recherchons actuellement un ambassadeur de l’Ecole du Bayon à Hong-Kong.
Si vous le souhaitez, vous pouvez vous aussi mettre en place des actions au profit de l’école du Bayon. N’hésitez pas à nous demander de l’aide pour vos démarches et projets. Nous pouvons par exemple mettre en place une billetterie, organiser des collectes via Facebook ou Hello Asso, partager vos publications sur les réseaux sociaux… Merci enfin à chacun de nos parrains et sponsors pour leur soutien !
36137226_2107771502813298_9067406999649517568_n