4ème promotion à l’école de pâtisserie :
bilan à mi-parcours.

Les étudiantes de l’école de pâtisserie arrivent au milieu de leur formation de onze mois, l’occasion pour nous de faire le point sur la 4ème promotion.
Nous avons pour cela interrogé les deux responsables de formation : Marie (professeure d’anglais, de gestion et d’informatique) et Sokhoeurn (professeure de pâtisserie).
L’enseignement à un public khmer était une première pour Marie. C’est un exercice pas toujours simple mais elle y prend beaucoup de plaisir ! Chacune des matières qu’elle enseigne lui permet de découvrir une nouvelle facette de cette belle culture et d’en savoir plus sur les étudiantes.
Pour l’enseignement de l’informatique, elle a dû reprendre les bases car les étudiantes viennent de milieux très pauvres et certaines n’avaient jamais vu d’ordinateur. Imaginez les difficultés rencontrées par ces jeunes filles durant l’atelier sur la cartographie : elles ont eu beaucoup de mal à comprendre que leurs villages pouvaient être localisés au milieu d’un espace numérique…

P1020255

Toutefois, les filles adorent cette matière et certaines commencent même à utiliser les ordinateurs durant leur temps libre pour connaître les résultats de l’équipe de football de Battambang ou pour chercher de nouvelles recettes.
Autre matière, autre engouement : les cours de mathématiques viennent de se terminer et les étudiantes en sont ravies !
Concernant l’anglais, leur niveau reste élémentaire mais s’améliore de semaine en semaine. Elles commencent par exemple à maîtriser l’emploi du passé. L’étude de la grammaire représente la majeure partie du programme, mais Marie met également l’accent sur le Coffee Shop training : un atelier dans lequel les étudiantes s’expriment à l’oral et mettent en pratique l’apprentissage du vocabulaire. C’est idéal pour renforcer leur confiance en elle et la fluidité de leur anglais !

Pour Sokhoeurn l’apprentissage du savoir-vivre et des bonnes manières est également essentiel.
Ses cours sont divisés en deux thématiques principales : l’apprentissage théorique de la pâtisserie (en salle de classe) et l’apprentissage technique (en cuisine). Sokhoeurn dit souvent à ses étudiantes «même si je suis votre professeur, je continue d’apprendre à vos côtés et c’est la plus belle de mes victoires ». Ainsi, ses priorités sont que les étudiantes assimilent les bonnes techniques et prennent plaisir dans l’apprentissage de la pâtisserie.
Sokhoeurn estime qu’il y a cette année beaucoup de disparités entre les étudiantes. Ainsi, elle prévoit l’année prochaine une classe préparatoire dès la rentrée afin que les étudiantes se familiarisent avec le vocabulaire de la pâtisserie et avec leur nouveau lieu de vie. La cheffe pâtissière nous a sur ce point confié que certaines étudiantes se sont retrouvées désarmées face aux boutons d’allumage des fours à pâtisserie. En plus de les mettre en confiance, cette introduction leur permettra de partir avec les mêmes chances de réussite.

Au bout du compte, les deux responsables de la formation en pâtisserie estiment, à ce stade de l’année, que même si elles ont des profils très différents, toutes les étudiantes de la 4ème promotion seront en mesure d’obtenir leur diplôme aux examens de juin prochain.

, 14 mars 2018